Découverte dans la chapelle Expiatoire à Paris

La chapelle Expiatoire se situe dans le 8ème arrondissement de Paris au 29 de la rue Pasquier. Elle a été construite dans le square Louis-XVI, à l’emplacement de l’ancien cimetière de la Madeleine où avaient été inhumés les corps de Louis XVI et de Marie-Antoinette avant leur transfert à la basilique Saint-Denis, ainsi que des gardes suisses du palais des Tuileries.

undefined

Source image: commons.wikimedia.org , Thomon / CC BY-SA

La création d’un monument expiatoire, en mémoire du roi Louis XVI et de la reine Maire-Antoinette, a d’abord été proposé en 1815 par Sosthène de La Rochefoucauld, futur Charles X. Mais ce fut Louis XVIII qui a décidé d’élever une chapelle commémorative et la commanda à Pierre-François-Léonard Fontaine. Celui-ci prit comme inspecteur son élève Louis-Hippolyte  Lebas, en remplacement de Charles Percier qui était opposé au projet. Le monument fut construit de 1815 à 1826. Sur un jardin élevé de 2 mètres, il a construit une cour d’honneur bordée de cénotaphes dédiés aux gardes suisse tués en 1792 lors de l’arrestation du roi. Louis XVIII avait ordonné à l’architecte de la chapelle : « Qu’aucune terre saturée de victimes ne soit déplacée de ce lieu pour la construction de la chapelle ».

L’administrateur actuel de la chapelle Expiatoire, Aymeric Peniguet de Stoutz, convaincu que l’édifice abrite les guillotinés de la Concorde, a demandé à la Direction Régional des Affaires Culturelles (DRAC), puis du Centre des Monuments Nationaux (CMN) de mener des fouilles dans des chambres cernées par murs. L’archéologue Philippe Charlier a conclu que « La chapelle basse renferme quatre ossuaires constitués de caisses de bois vraisemblablement tendues de cuir, remplies d’ossements humains. »

« Jusqu’à maintenant, la chapelle était uniquement un monument à la mémoire de la famille royale. Et on vient de découvrir que c’est aussi une nécropole de la Révolution », se réjouit Aymeric Peniguet de Stoutz dans les colonnes du quotidien francilien.

Sources : Le Point du 28/06/2020 et Le Parisien du 27/06/2020

A propos Alain Bohu

Docteur en médecine (en retraite), Membre de la Société Dunoise, Membre de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir
Cet article, publié dans Information, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s